Filtrer les éléments par date : septembre 2014

imagesRHZBA84BQu'est-ce que c'est ?

Le virus Ebola appartient à la famille des Filoviridae (filovirus), qui regroupe des virus à l'apparence filamenteuse. Chez les humains et les autres primates, ce virus provoque la fièvre hémorragique Ebola dont le taux de mortalité peut atteindre 90 % et contre laquelle il n'existe aucun traitement ni vaccin efficaces.

Habituellement, les flambées épidémiques surviennent surtout dans les villages isolés d'Afrique centrale et de l'Ouest, dans les zones de forêts tropicales.

 

Comment le virus se transmet-il ?

• De l'animal à l'homme. Le virus Ebola s'introduit dans le corps humain lors d'un contact avec du sang, des sécrétions, des organes ou des fluides biologiques d'animaux infectés. L'infection peut se produire lors de la manipulation de chimpanzés, de gorilles, de chauves-souris, d'antilopes des bois ou de porcs-épics.

• Entre êtres humains. Il se propage à la suite de contacts directs avec du sang, des sécrétions, des fluides biologiques d'un patient ou de la dépouille d'une personne infectée.

Le sperme peut transmettre le virus jusqu'à sept semaines après la guérison clinique du patient.

Le personnel médical et paramédical doit évidemment prendre des précautions extrêmes.

Il n'existe pas de risque de contamination tant que la personne infectée n'a pas développé les symptômes de la maladie et le virus ne se transmet par les piqûres d'insectes.

 

Qui risque l'infection ?

• Le personnel médical et paramédical.

• Les proches en contact direct avec les patients.

• Les personnes qui manipulent des animaux infectés ou qui en consomment la viande.

 

Quels sont les symptômes ?

La maladie à virus Ebola se caractérise par une apparition soudaine de fièvre, une faiblesse générale, des courbatures, un mal de tête sévère et des maux de gorge. Ces premiers symptômes sont suivis de vomissements, de diarrhée, d'éruptions cutanées, ainsi que d'une insuffisance rénale et hépatique. Les complications les plus graves se traduisent par des hémorragies internes et externes.

Les patients restent contagieux tant que le virus est présent dans leur sang et dans leurs sécrétions.

La durée d'incubation, c'est-à-dire le délai entre le moment de l'infection et l'apparition des premiers symptômes, peut varier de 2 à 21 jours.

 

Comment pose-t-on le diagnostic ?

Le médecin doit d'abord écarter d'autres affections avec des symptômes plus ou moins proches de ceux de la fièvre hémorragique Ebola : le paludisme, la fièvre typhoïde, la shigellose, le choléra, la leptospirose, la peste, la fièvre récurrente, la méningite, l'hépatite et d'autres fièvres hémorragiques virales.

Des tests spécifiques confirmeront le diagnostic d'Ebola.

• le titrage immunoenzymatique (Elisa)
• la détection de l'antigène
• un test de séroneutralisation
• une analyse au microscope électronique
• un isolement du virus sur culture cellulaire

 

Comment soigne-t-on la maladie ?

Il n'existe aucun traitement et aucun vaccin efficaces contre le virus Ebola. Des recherches et des essais sont en cours.

Publié dans News
jeudi, 25 septembre 2014 14:22

J'ai peur qu'il/elle se suicide ...

images

Comment se montrer à l'écoute de ceux qui sont en quête de compréhension, en profond mal-être, et quelle attitude adopter pour les aider ?

Lorsqu'on se trouve en présence d'une personne qui manifeste des pensées suicidaires, il n'est pas évident de savoir comment gérer cette situation. On a peur de mal faire, d'en dire trop ou pas assez. Cela nous confronte directement avec l'idée de la mort, la nôtre et celle de l'autre, avec ses peurs et ses angoisses.

Malheureusement, il n'existe pas de règle applicable dans tous les cas. Chacun réagira en fonction de sa sensibilité, de ses possibilités et de ses limites, mais certaines recommandations générales peuvent néanmoins être avancées.

 


Ce qu'il faut faire...

• Essayer d'écouter ce que la personne suicidaire vit en l'invitant à se confier.
• Renoncer à vouloir tout comprendre.
• Prendre toute tentative de suicide au sérieux.
• Encourager la personne à prendre contact avec un aidant spécialisé (psychologue, psychothérapeute, psychiatre, médecin, ou le Centre de prévention...)
• Se faire aider si l'on se sent démuni, en prenant contact avec un aidant spécialisé (psychologue, psychothérapeute, psychiatre, médecin, ou le Centre de prévention du suicide).

 

 

Ce qu'il ne faut pas faire...

• Juger la personne à tendance suicidaire.
• Lui donner des « recettes de bonheur ».
• Lui faire la morale.
• S'engager au-delà de ses possibilités ou donner de fausses espérances.
• Inciter la personne à vivre par devoir pour ses proches (enfants, conjoint, parents), cela risquerait de la culpabiliser encore davantage.
• Se laisser enfermer dans le secret,
• Poser un ultimatum ou proférer des menaces.

 

Informations : Centre de prévention du suicide (www.preventionsuicide.be), avec une écoute téléphonique 24h/24 et 7j/7 au 0800.32.123.

Publié dans News
mercredi, 10 septembre 2014 09:47

Pourquoi avons-nous le hoquet ?

img comment arreter le hoquet 324 300Il s'agit en fait d'une réaction mécanique des nerfs du diaphragme à la suite d'une agression, comme boire trop vite, manger un aliment trop chaud ou trop épicé, avaler rapidement une boisson gazeuse, inspirer soudainement une grande quantité d'air, ou souffrir d'une crise de brûlant (reflux gastro-oesophagien).

 

Le diaphragme se contracte et chaque contraction génère une impulsion qui provoque une inspiration rapide et importante d'air. A ce moment-là, la glotte, située à l'entrée du larynx, se ferme brusquement, comme un clapet qui se rabat d'un coup sec. Cela empêche l'air d'entrer correctement dans les poumons. Et le bruit caractéristique du hoquet se fait entendre...

 

Chacun connaît une astuce infaillible pour faire stopper le hoquet : bloquer la respiration et boire d'un trait un verre d'eau plate, lever les auriculaires des deux mains vers le ciel, tremper un doigt dans un verre d'eau froide, se pincer le nez, arrêter de respirer pendant une minute... Le tout, c'est d'y croire.

Publié dans News

sans-titre

Les BB et CC crèmes rencontrent un réel succès. Dernière-née : la DD crème, qui offre une protection contre les radicaux libres et les agressions extérieures.

Qu'est-ce qui les différencie et quelles sont les spécificités de la DD crème ?

 

• La BB crème est un soin visage doublé d'une action hydratante et anti-rides.

• La CC crème aide à camoufler certaines imperfections cutanées. Elle permet une correction des rougeurs et des taches pigmentaires, c'est ce qu'on appelle le color control, d'où les initiales CC.

• La DD crème est un soin hydratant de base qui unifie le teint et qui protège la peau contre les agression extérieures et celles venant du corps ((stress, soleil, pollution, tabac, produits chimiques...).

Publié dans News

imagesLes enfants et plus particulièrement les jeunes enfants, sont assez sensibles à la chaleur et au risque de déshydratation.

Il est important de savoir reconnaître les symptômes pour réagir rapidement.

• une soif intense
• de la somnolence
• la peau devient rouge et l'enfant semble avoir très chaud
• le bébé est particulièrement irritable
• une sécheresse oculaire
• moins ou pas de larmes
• fréquence réduite des mictions (langes secs)
• des urines très foncées
• une bouche pâteuse, sèche
• des crampes musculaires et/ou abdominales
• des signes d'épuisement, de l'apathie
• une perte d'appétit
• un état de faiblesse
• des vertiges, des étourdissements, une perte de connaissance

Ces symptômes ne sont pas spécifiques à la déshydratation. Néanmoins, par temps chaud, l'apparition de l'un ou de plusieurs de ces signes doit être considérée avec la plus grande attention. En cas de doute, il est indispensable de prendre l'avis d'un médecin.

Publié dans News
f t g m

Témoignages

logo manisoins infirmiereHomeManisoins
Charleroi
0471 / 58 27 64

emailEmail
Formulaire de contact

Vie privée | Plan du site | Profil Google+ | Copyright © 2013 ManiSoins | Tout droit réservé.


RyleSoftware : Création de sites Internet et de logiciels sur mesure.