News

%AM, %30 %345 %2017 %09:%Sep

Patients ... Préparez votre carte d'identité !

Écrit par

manisoins

À partir du 1er octobre 2017, soins à domicile rimera avec carte d'identité. Les infirmières qui appliquent le régime du tiers payant de manière électronique, vérifieront votre identité lors de chaque passage.

Derrière cette mesure imposée par le gouvernement fédéral, un objectif : améliorer la transparence financière en soins de santé.

En berf :

Dès le 1er octobre, à chaque passage de l'infirmier, le patient devra présenter sa carte d'identité électronique. Le prestataire introduira celle-ci dans un boitier informatique pour vérifier l'identité du patient et attester de son passage. Le patient pourra ainsi continuer à bénéficier du système du tiers payant. Cela signifie qu'il ne devra s'acquitter que de sa quote-part personnelle éventuelle, sa mutualité payant directement ses honoraires à l'infirmier.

Si le patient refuse de présenter sa carte d'identité, il ne pourra profiter de ce mécanisme avantageux et devra régler l'intégralité de la facture.

En pratique :

Vous bénéficiez de soins à domicile ?

Ayez toujours votre carte d'identité à portée de main lors du passage de votre infirmier. Soyez attentif à la date de péremption de la carte et renouvelez-la à temps.

 

IS 140210 8q9l0 infirmiere coeur stetoscope sn635

Certes moins importants qu'auparavant, les effets secondaires de la radiothérapie restent relativement fréquents.

Des réactions dermatologiques comme les gonflements, rougeurs, sensation de brûlure, tiraillements, desquamations sèche, etc ... affecteraient jusqu'à 95% des patients en traitement. Ces effets secondaires cutanés apparaissent progressivement aux alentours de la 2ème et 3ème semaine de traitement.

 

Bon à savoir ...

Avant une séance, quelques gestes peuvent aider à limiter l'apparition d'effets secondaires ;

- Se laver la zone à irradier à l'eau et au  savon neutre;

- Eviter les parfums, déodorants et crêmes en tout genre;

- Utiliser un rasoir élétrique;

- Veiller à ne pas effacer, durant la toilette, les marquages qui délimitent la zone à irradier.

 

A ne pas utiliser ...

- Mercurochrome;

- Violet de Gentiane;

- Flammazine

 

A utiliser ...

- Flamigel;

- Flaminal Hydro;

- Biafine;

- Les crêmes à l'aloe vera peuvent également être utiles.

 

Conseils après la radiothérapie ?

- Eviter d'exposer les zones irradiée ou utiliser un écran total;

- Tamponner la zone irradiée, après votre toilette et dans la but de vous sècher, plutôt que de la frotter;

- Porter des vêtements larges pourrait vous éviter certaines frictions;

 

Propos receuillis par OCare aurpès des infirmières en hef du service de radiothérapie à l'Institut Jules Bordet.

%AM, %23 %377 %2015 %09:%Nov

Le suicide des seniors

Écrit par

assopatristesp 1

 

Chaque année en Belgique, 5 à 6 personnes se donnent la mort chaque jour. Des chiffres effrayants qui placent notre pays bien au-dessus de la moyenne mondiale en la matière. Les hommes ( 3 fois plus souvent que les femmes ) , mais aussi les adolescents et les personnes âgées sont consiédérés " à risque ". 

Quant à la tranche d'âge, considérons que le taux de suicide augmente à partir de 35 ans et atteint un pic à l'âge de ... 75 ans !!!

 

Comment réagir ?

Ne banaliser pas les mots et soyez attentif aux changemenst de comportements. En effet, certains signes peuvent vous mettre la puce à l'oreille. Les personnes avec des tendances suicidaires communiquent régulièrement leur détresse avant de passer à l'acte. 75% des personnes décédées par suicide auraient manifesté leur intention, même indirectement.

 

Des conseils ?

Ne moralisez pas la personne mais écoutez-là ! Parlez librement de son envie d'en finir afin de comprendre réellement leurs motivations. Les personnes âgées verbalisent souvent des envies suicidaires car elles se sentent diminuées, abandonnées, ayant perdu le goût à la vie.

Qu'il s'agisse d'un simple appel à l'aide et/ou de mots plus réflèchis, ne jamais banaliser les mots...

 

Infos utiles ...

www.prevention-suicide.be

0800.32.123

 

 

logo manisoins infirmiereDés le départ, Manisoins axait sa pratique sur les entités de la région de Charleroi mais plus particulièrement sur les communes de Lodelinsart, Dampremy, Jumet et Charleroi centre, afin que la lourdeur des trajets ne nuisent pas à la qualité du suivi de nos patients.

Néanmoins, le succès grandissant, les tournées de soins, comme les équipes d’infirmières Manisoins ont du s’étoffer et ont permis d’élargir le champs d’action…c’était sans compter sur la commune de Gosselies.

Ainsi, depuis un temps certain, Gosselies devient un acteur important au sein du développement régional de Manisoins. Pourquoi ? Telle est la question !

Nos analystes se sont ainsi posés sur la question et ont finalement misés sur le développement grandissant de la Clinique Notre Dame de Grâce De Gosselies. En effet, depuis ses travaux, la clinique voit son taux de fréquentation se développer positivement, ce qui a probablement profité au développement croissant des soins infirmiers Manisoins au sein de la commune de Gosselies. Tel est le résumé de notre équipe ayant été chargée de se poser sur la question.

D’autres hypothèses ? Probablement ! La réputation de l’équipe, les diverses collaborations hospitalières et la qualité des soins prodigués y sont certainement pour quelque chose.

Nous voila donc, à présent, sur la commune de Gosselies, pour le plus grand bonheur de nos soignantes et des soignés.

Vous avez besoin d'une de nos infirmières à domicile à Gosselies

1. Nous pleurons en rentrant chez nous.

Les infirmières donnent peut-être l’impression de tout maîtriser lorsqu’elles s’occupent de vous ; mais il nous arrive parfois, après une journée particulièrement difficile, de craquer et de fondre en larmes en rentrant chez nous. Pas seulement à cause du stress et de la fatigue : Tous les jours, nous réconfortons ceux qui souffrent. Nous savons la douleur que vos familles et vous-même éprouvez, et il nous arrive de pleurer toutes les larmes de notre corps en pensant à vous. 
Prendre soin de vous alors que vous êtes très gravement malade est épuisant et stressant, autant sur le plan physique que mental. Nous passons douze heures par jour à courir de chambre en chambre pour effectuer les procédures médicales, médicaments et traitements, mais nous aimerions vraiment passer un peu plus de temps à votre chevet, simplement pour vous tenir la main. Beaucoup de gens nous disent : « Mais comment faites-vous pour être infirmière ? Je ne pourrais jamais faire votre travail. » Il s’avère que nous aussi ressentons ces choses-là. Les émotions que nous éprouvons en assistant au décès d’une mère de famille suite à un traumatisme, alors que nous avons passé des heures à essayer de la ranimer, ou en diagnostiquant un début de cancer chez un enfant, ou encore en sachant que vous êtes coincé à l’hôpital un jour de fête, ne disparaissent pas quand nous quittons l’hôpital à 19h30. Ces émotions nous suivent jusqu’à la maison, et si parfois nous pleurons en partant, c’est pour les évacuer. 

2. Nous voulons être une épaule sur laquelle vous pouvez vous appuyer. Pas votre punching ball.

Croyez-moi, nous nous mettons en quatre pour nous occuper de tous nos patients. Nous savons que vous souffrez terriblement et ne souhaitons vraiment que vous soyez soulagé au plus vite de votre douleur. Mais vous ignorez sans doute que vingt minutes plus tôt, lorsque vous avez appuyé sur la sonnette parce que vous aviez mal, nous étions en train de faire de notre mieux pour nettoyer un patient alité, qui venait de se salir. Quand nous arrivons enfin avec le médicament tant attendu pour vous soulager et que vous vous énervez contre nous, que vous nous accusez d’incompétence ou PIRE, d’indifférence, vous nous faites mal. Car ces critiques sont totalement injustifiées.
Vraiment, nous voudrions passer plus de temps à vos côtés, mais nous devons apporter tous les soins possibles au plus grand nombre possible de patients, aussi rapidement que nous le pouvons. 

3. S’il y a bien quelqu’un qui veut que la perfusion réussisse du premier coup, c’est nous.

Oui. Lorsque nous devons poser une perfusion intraveineuse sur votre nouveau-né âgé de 6 jours, ce n'est pas par pur sadisme que nous renouvelons l'opération. Nous ne fomentons pas de plans diaboliques pour le piquer une demi-douzaine de fois avec notre aiguille. Au contraire, nous prions pour que cela se passe très rapidement, avec le moins de douleur possible. Lorsque nous manquons la veine et devons recommencer, nous le faisons pas exprès, nous le vivons très mal. C’est un échec, une défaite, cela nous fait perdre confiance en nous. Quand nous y arrivons du premier coup et avec le moins de douleur possible, c’est un véritable triomphe pour nous.

4. Nous faisons des sacrifices.

Nous nous retenons d’aller aux toilettes pendant des heures car nous voulons d’abord être certaines que votre dossier médical est bien à jour. Nous sautons la pause-déjeuner pour nous assurer que votre perfusion a bien été renouvelée et que vous n’attraperez pas d’infection liée au cathéter. Nous disons au revoir à nos enfants le soir du 24 décembre et leur promettons que le Père Noël réussira à les retrouver chez Mamie, parce que Maman doit travailler cette nuit-là. Nous faisons tout cela, et plus encore, parce que … 

5. Nous vous aimons.

Oui, vous le patient, vous qui veillez au chevet d'un de vos proches, nous vous aimons. Vous pouvez être des ingrats ou des emmerdeurs, parfois... mais lorsque nous prenons soin de vous dans les moments les plus difficiles de votre vie, nous le faisons par vocation et par amour pour la vie humaine. Sachez qu'aucune somme d’argent ne pourrait jamais vraiment compenser un métier aussi dur, aussi bouleversant que celui de l'infirmière ; ce qui nous fait exercer ce métier, ce n'est pas pour le salaire, au vu de ce qu'on gagne. Par contre, lorsque nous aidons a sauver des vies, le bonheur et la fierté qui sont les nôtres sont certainement la plus grosse des récompenses. Nous éprouvons une telle joie en vous voyant quitter l’hôpital, en forme et heureux, que nous avons l’impression d’avoir gagné au loto. 

Car nous voyons notre propre grand-mère dans cette patiente de la chambre numéro 4, atteinte de démence, qui lutte de tout son corps malgré son âge ; nous voyons un ami ou un frère dans cet homme d’âge moyen, victime d’une maladie dégénérative des cellules nerveuses. Et c’est nous-mêmes que nous voyons à travers cette femme au sourire pâle mais néanmoins étincelant, qui lutte courageusement contre son cancer. 
 
7b000b63 4899 4afc 9599 860759d6c906 page home
%PM, %07 %847 %2015 %21:%Aoû

Invasion de guêpes .. HELP !!!

Écrit par

18756679 s

Comme vous l'aurez remarqué, les guêpes sont particulièrement nombreuses cette année. Les pompiers sont d'ailleurs submergés d'appels pour déloger les nids qui se sont formés chez des riverains. Ils sont équipés et formés pour appréhender ces petites bêtes parfois très ennuyeuses. Mais comment réagir si une guêpe vous tourne autour et que faire en cas de piqûre?



Comment réagir?

Si vous êtes embêté par une guêpe qui ne cesse de vous tourner autour, restez calme. Il ne faut surtout pas faire de gestes brusques et violents. Le mieux est de s'éloigner progressivement et doucement de l'insecte. L'idée de faire semblant de rien et de n'absolument pas réagir n'a jamais réellement fait ses preuves. D'ailleurs, bon nombre de phobie de guêpes ( Apiphobie ) se sont déclarées après que la victime de la piqûre ait suivi ce type de conseil. 

Malgré votre vigilance et votre sang-froid, il se peut que la guêpe passe malgré tout à l'attaque et qu'elle vous pique. "Ça peut faire mal, effectivement, ça peut être douloureux, en fonction de l'endroit où la piqûre a été faite", reconnait une pharmacienne. "Il faut regarder si le dard est dans la peau. Si c'est le cas il faut l'enlever. Et puis on désinfecte avec un désinfectant classique".

Si vous êtes allergique, n'hésitez pas à contacter votre médecin ou à vous rendre rapidement aux urgences si une réaction agressive se fait sentir ou si vous avez le sentiment que votre gorge gonfle.

%AM, %03 %323 %2015 %08:%Aoû

Quelques Belgicismes de notre beau pays ...

Écrit par

Le français de Belgique est une langue fleurie, comportant de nombreux mots et expressions pour le moins insolites. Petit tour d'horizon de certains belgicismes 

  1. Berdeller
    Parler beaucoup, bien souvent pour ne rien dire.
  2. Binamé 
    Se dit de quelqu'un de trop gentil.
  3. Cacaille 
    Objet ayant peu de valeur.
  4. Cumulet
    Roulade en gymnastique.
  5. Dringuelle 
    Pourboire à un serveur, ou argent que l'on reçoit au Nouvel An.
  6. Faire une baise
    Faire la bise.
  7. Bleffer
    Laisser tomber des gouttes, en buvant par exemple.
  8. Pesteller
    Trépigner, faire les 100 pas avec impatience.
  9. Racrapoté
    Recroquevillé.
  10. Racuspoter
    Moucharder, cafarder.
  11. Rawette
    Petit supplément, de café par exemple.
  12. Slach(e)
    Tong , mule, pantoufle de bain.
  13. Spit(t)er 
    Faire des éclaboussures.
  14. Tchiniss
    Petit truc inutile, objet de peu de valeur.
  15. To be continued :) ...
%PM, %28 %569 %2015 %13:%Mar

Quel est le salaire du bonheur ?

Écrit par

Bonheur : un mot fragile, évanescent, léger, surtout. Mais pas incalculable...

 

Si associer économie et bonheur n'est pas évident, il faudrait pourtant gagner 10 416 € net par mois, soit près de 125 000 € par an, afin d'être « parfaitement heureux ». C'est ce que démontre une étude internationale conduite par la compagnie d'assurance suédoise Skandia International, sur un panel de 5 000 personnes vivant en Asie, au Moyen-Orient, en Amérique latine et en Europe.

 

En Orient, on fait monter les enchères : les habitants de Dubaï chiffrent le salaire annuel du bonheur à plus de 210 000 € ; les Singapouriens à 175 000 € et les Hongkongais à environ 150 000 €. Les Européens semblent globalement moins gourmands : les Britanniques aspirent en moyenne à un salaire d'un peu plus de 100 000 € (soit près de 8 333 € net par mois), les Français à 90 000 € et les Allemands à environ 65 000 €.

 

L'appréciation que chacun a sur sa vie augmente constamment en suivant les revenus. Le bien-être émotionnel monte également, écrivent le prix Nobel d'Économie 2002 Daniel Kahneman et son collègue de l'Université de Princeton, l'économiste Angus Deaton. Mais au-delà d'un revenu de 75 000 $ par an, une augmentation du revenu n'amène ni à ressentir du bonheur ni à être soulagé du malheur ou du stress. C'est ce qu'a relevé une étude de l'institut américain Gallup qui, chaque année, mesure l'évolution du bien-être sur la planète.

 

L'argent ne fait donc pas le bonheur. Mais le salaire influe sur notre état d'esprit. Et... nos prouesses physiques. C'est en tout cas la surprise que révèle une étude britannique. Une équipe de chercheurs de l'Université de Cambridge s'est en effet amusée à comparer des courbes de salaire aux rythmes des rapports sexuels. Le résultat est éloquent. À la suite de l'analyse de 8 000 dossiers de sujets âgés de 26 à 50 ans, les scientifiques ont conclu que les individus ayant au moins quatre relations sexuelles et plus par semaine gagnent en moyenne 5 % de plus que les autres. Voilà pourquoi le bonheur est une habitude à cultiver.

 

l-argent-fait-il-le-bonheur-santecool

Google vient de déposer un brevet auprès de la World International Property Organization (WIPO) sur un dispositif qui prend la forme d'un bracelet capable de détruire les cellules cancéreuses. Après avoir déposé un brevet avec des lentilles pour les diabétiques, capables de mesurer la glycémie, Google veut se positionner sur l'oncologie. Larry Page, CEO du géant du Web veut se positionner dans l'univers de la santé et lutter contre le vieillissement mais également contre les maladies graves et mortelles.

 

Un bracelet qui pourrait détruire les cellules malignes...

 

Un bracelet connecté capable de détruire les cellules cancéreuses présentes dans le sang, tel est l'objectif de Larry Page avec ce nouveau brevet déposé auprès de la WIPO. Ce dispositif a été baptisé « Nanoparticle Phoresis », qui se traduit par phorèse de nanoparticules, serait capable de modifier ou de détruire des cellules dans le sang qui ont un effet néfaste pour la santé, par transmission d'énergie à l'aide de champs magnétiques, de radiofréquences, de signaux lumineux, d'infrarouges ou encore de pulsations acoustiques.

 

Repérer les cellules malignes, les comptabiliser et les détruire...

 

Ce bracelet pourrait cibler puis détruire les cellules cancéreuses et diminuer la prolifération des cellules malignes afin de réduire l'évolution du cancer. Rappelons que Google a déjà déposé un brevet en 2014 pour une pilule comportant des nanoparticules d'oxyde de fer qui se fixent sur les marqueurs tumoraux. Le groupe pourrait proposer un bracelet qui pourrait repérer ces nanoparticules, récupérer diverses informations sur l'évolution de la maladie pour traiter ensuite le patient.

 

725891-par-sa-branche-google-x-le-geant-americain-investit-massivement-dans-la-recherche-et-pense-que-l-hom1

 

 

1902349
Le Ambracelet... mais c'est quoi ce truc ?

 

C'est du Belge ! En effet, des entrepreneurs Belges lancent un bracelet intellgient pour les seniors...

 

Mais encore ?

 

Un peu à l'image des télé-vigilances déja sur le marché, Embracelet remet ça au goût du jour ! En effet, il s'agit de la combinaison d'un bracelet intelligent pour personnes âgées et d'une appli compatible smartphone pour les membres de leur famille ou amis, qui seront prévenus en cas de problème.

 

En d'autres mots, si la personne qui porte le bracelet, tombe, elle peut déclencher une alarme d'une simple pression sur l'affichage. Voilà qui devrait aider les seniors à rester plus longtemps indépendants.

 

A suivre ...

 

f t g m

Témoignages

logo manisoins infirmiereHomeManisoins
Charleroi
0484 03 07 08
0484 13 12 15

emailEmail
Formulaire de contact

Vie privée | Plan du site | Profil Google+ | Copyright © 2013 ManiSoins | Tout droit réservé.


RyleSoftware : Création de sites Internet et de logiciels sur mesure.